•  

    Nous avons pris le train des Merveilles à Nice pour atteindre le village de Tende, dans le parc national du Mercantour, à 1000 mètres d'altitude. Le système ferroviaire est rapide et confortable. Le train traverse des tunnels hélicoïdaux et des viaducs érigés en surplomb des canyons. Des forteresses, des chateaux sont accrochés aux pics des montagnes. La beauté du panorama est impressionnante et la douceur du train, surprenante. Une guide touristique nous offre une description bilingue de l'histoire des hameaux que nous apercevons au passage. Je retiens de ce cours d'histoire que l'axe Nice-Turin était au moyen-âge la route du sel et que la maison de Savoie contrôlait une importante partie du territoire. De nombreuses batailles ont eu lieu pour contrôler cette route. Finalement, toute cette région est devenu française en 1860.

    Arrivé à Tende, on se dirige vers le cimetière. Un bonne randonnée toute en pente. Rien de tel pour vous creuser l'appétit. On revient vers le village et on trouve facilement un bon resto. Après notre repas, une petite visite au musée des Merveilles tout à côté.  

    On reprend le train pour descendre à Fontan-Saorge. On entreprend dès lors une longue ascension vers le monastère des franciscains de Saoge bâti au XVII ième siècle. Il fait très beau. Quel panorama!

    La descente est plus aisée et ainsi s'achève une autre splendide journée assis confortablement dans le train qui nous ramène vers Nice.

    Pour plus de détails:

    www.museedesmerveilles.com

    www.tendemerveilles.com

    www.saorge.fr

    Sélection de photos d'André et Claude

    https://picasaweb.google.com/102299125763853747044/LeTrainDesMerveilles?authuser=0&authkey=Gv1sRgCPnYrOWyveTeCw&feat=directlink


    votre commentaire
  • 22 septembre 9h05. Réunis à la gare de Nice Ville, nous prenons le train des Merveilles pour une randonnée de deux heures vers Tende dans les Alpes. Nous traversons des paysages de montagne nichés dans des vallées encaissées, profondes où les gorges et les rivières se succèdent et nous remplissent de ce vertige discret qui nous soulève et nous plonge dans une rêverie éveillée.

    Les petits villages reposent sur des promontoires rocheux ou s'accrochent audacieusement aux flancs des montagnes. Autant de couleurs que de noms, de légendes et de pages d'histoire marquées par la force des éléments perceptibles partout et qui trempe le caractère de ces habitants. Se succèderont les villages de Saorge, La Brigue, Breil-sur-Roya, Sospel, l'Escarène, Peille etc.. Partout ce même sentiment d'exaltation et de paix mélangés que les quelques habitants se partagent sans jalousie.

    À Tende, nous sommes grimpés au cimetière qui domine la partie médiévale de la ville. Ici les morts reposent dans les hauteurs comme s'ils attendaient chacun à son tour pour frapper à la porte de leur paradis respectif. Puis avant de repartir, le musée des Merveilles, qui retrace 400,000 ans d'histoire archéologique, nous a transporté, grâce à des reconstitutions saisissantes dans le passé de cette région. À Saorge, nous avons visité une abbaye franciscaine du 17è siècle aujourd'hui transformée en lieu d'écriture pour les écrivains qui le désirent. Lieu de paix et de réflexion où l'inspiration revendique une place de choix parmi les fresques restaurées, le potager fleuris et l'austérité générale des lieux qui contrastent avec l'immensité du décors alpin d'où surgissent quelques toits d'ardoises bleutés disséminés parmi les toits de tuiles rouges. Ici le soleil nuance le vert des conifères par des jeux d'ombres et de lumières, seul langage parlé par les montagnes qui encerclent ce petit hameau de 450 habitants. Voir les photos pour en voir et en ressentir un peu plus... 


    votre commentaire
  • Monaco, que ce nom n'évoque-t-il pas en termes de luxe, d'argent et de démesure dans tout. Près de trois kilomètres carrés, des bateaux avec plate-forme pour l'hélicoptère, un espace prévu pour la Masserati ou bien la Ferrari, des jardins où les bronzes, les bassins et les plantes luxuriantes se conjuguent pour créer une ambiance de détente. Ajoutez à cela des policiers vêtus d'uniformes blancs comme neige et vous obtenez un pays qui n'existe que dans les contes de fée. 

     

    Des boutiques somptueuses et des bijouteries qui n'osent pas afficher le prix des bagues et des colliers tellement ce serait irrévérencieux pour les visiteurs ordinaires. Alain Ducasse ne s'y est pas trompé en venant installer ses cuisines à l'ultra chic Hôtel de Paris où les Rolls Royce, les Bentley et autres bricoles se bousculent pour trouver une place. Il faut dire que le prince de Monaco a réussi un véritable coup de poker en décidant, au 19è siècle d'implanter un casino pour tirer sa Principauté de la ruine. Et quel casino ! Rien de comparable avec Las Vegas. Ici, le marbre et les oeuvres d'art s'affichent avec ostentation et les machines à sous sont reléguées dans un café annexe où la plèbe est dispensée de verser les dix euros de frais d'entrée du casino principal. 

     

    Nous avons parcouru quelques kilomètres et vu le port, la haute ville avec la place centrale où se trouvent le palais des princes et la cathédrale de l'Immaculée Conception. Dans cette dernière reposent la dynastie des Princes de Monaco ainsi que la très médiatisée princesse Grace qui mourut dans un accident de voiture sur la haute corniche. La haute ville offre des entrelacs de ruelles aux maisons ocres et roses, scrupuleusement entretenues. Ici tout est impeccable car les monégasques "cultivent le tourisme" comme d'autres le font pour les légumes.  

    Le rocher de Monaco est ceinturé par une falaise en à-pic d'où, grâce à un sentier, on contemple le port et la mer bleuté aux reflets argentins. Nous avons visité le musée océanographique conçu par le commandant Cousteau. Des aquariums offrent des vues spectaculaires sur les diverses espèces marines peuplant la Méditerranée. Un émerveillement ! Bref, l'espace d'un après-midi, nous avons partagé ce territoire avec les centaines de milliardaires qui y vivent ou y séjournent afin de se retrouver "entre amis".

    PHOTOS

    https://picasaweb.google.com/102299125763853747044/Monaco?authuser=0&authkey=Gv1sRgCM7zp_idr6OBXw&feat=directlink 

     


    votre commentaire
  •  

    Un beau village fortifié du moyen-âge juché bien haut. Quel panorama! D’un côté la mer et de l’autre, les hautes montagnes qui se découpent sur un beau ciel azur. Chaque rue étroite débouche sur une place ou une humble fontaine, toujours plus belle que la précédente. On y découvre ici et là de belles boutiques, de superbes galeries et des restos fort sympas. Les couleurs et les saveurs niçoises y sont à l’honneur. En quelques heures, on ne peut pas tout voir mais c’est un endroit que l’on se promet de revisiter parce qu’on y trouve des choses étonnantes comme des pierres tombales romaines installées dans une enceinte, de belles églises du XVI et XVII ième siècles et d’étonnantes sculptures produites par les paysans pour témoigner de leur foi. Et que dire de ces joueurs de boule qui pratiquent leur sport favori, la pétanque à l'ombre des platannes.
     

    Notre visite n’aurait pas été aussi agréable sans Claude qui nous a fait découvrir ce très beau village qu’Yves Montand et Lino Ventura ont déjà habité.

    Photos:

    https://picasaweb.google.com/102299125763853747044/StPaulDeVenceEtVence?authuser=0&authkey=Gv1sRgCJiw0ZKc6YDc-AE&feat=directlink

    PS: Marc Chagall travaillait plusieurs années à St-Paul. Quelle chance de découvrir cet artiste.

    Quelques photos des toiles de Chagall, sur le thème de cantique des cantiques, prises au musée de Nice, dimanche le 2 oct.

    https://picasaweb.google.com/102299125763853747044/MuseeDeChagallNice?authuser=0&authkey=Gv1sRgCIfUhYap36PxhQE&feat=directlink


    votre commentaire
  • A deux pas de chez nous, il y a le théâtre la ''Comédie de Nice'' Nous avons vu une pièce très drôle intitulée "La Biscotte". On a bien rigolé. Antoine Beauville en est l'auteur, le metteur en scène et l'acteur principal. Excellente prestation.

    www.comediedenice.com

    Il y a beaucoup de petits théâtres à Nice mais il n'est pas facile de connaître l'ensemble de l'offre théâtral, du moins je n'ai pas trouvé le guichet unique qui me permettrait de la connaître. C'est définitivement un côté accrocheur et sans doute sous-estimé de Nice.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique