• Nous sommes allés à l’Opéra de Nice dimanche matin pour y entendre la symphonie n.39 de Mozart jouée par l’orchestre Philharmonique de Nice sous la direction du chef, Philippe Auguin. Véritable petit délice dominicale servit dans un lieu prestigieux et célèbre. Le chef Auguin nous a expliqué avec beaucoup de gentillesse et de générosité le génie de Mozart et les secrets de chaque mouvement de cette symphonie. Nous sommes allés ensuite manger de la socca et quelques spécialités niçoises dans le vieux-Nice. Quelle belle façon d’aborder un beau dimanche.


    votre commentaire
  • Nous nous retrouvions à quelques jours de notre départ pour la Toscane un peu surpris tellement notre séjour à Nice fut agréable.

    Nice a son charme, ses couleurs particulières, une certaine douceur et un rythme nonchalant.  Nous allons garder un excellent souvenir de la gaieté du Vieux-Nice, de ses boutiques, de ses restos et de son flot incessant de touristes toujours à l’affût d’une belle photo à prendre.  Nous nous étions habitués aux jeux bruyants des enfants sous nos fenêtres et aux tintements de la cloche du tram sur l’avenue de la République. Nous commencions à connaître les Niçois et leurs habitudes.  Les bons côtés de Nice l’emportent largement sur les quelques irritants.

    Un groupe de niçoises d’un d’âge certain que nous avons vues fréquemment ensemble à la plage Beau-Rivage nous amène à conclure qu’il y a à Nice une manière de vivre particulière. Ces anciennes déesses font comme un pied-de-nez au temps passé et aux rides pour profiter de ce bel été qui se s’attarde sur la Côte. Elles doivent se dire que le temps frais viendrait bien assez vite et que le mieux à faire est de profiter du soleil qui brille. Elles se quittent joyeusement tous les jours en disant à demain.

    Comme disent les gens d'ici: "Pas de soucis"

    Le billet poétique de Claude

     
    Si toute bonne chose a une fin, nous pourrions ajouter que toutes belles choses perdurent. Le commentaire d'André en témoigne sensiblement. À la veille de partir pour l'Italie, des papillons multicolores s'agitent dans nos estomacs. Pour ce qui nous concerne France et moi, nous retiendrons de notre troisième séjour consécutif à Nice, une qualité de lumière unique qui adoucit tout ce qu'elle illumine. L'intensité abyssale du bleu de l'azur, comme celle dont nous rêvions avant d'atterrir ici ne nous a jamais quittée. Nos amis, Yves, Louise, Yvon, Pierre, Suzie qui avaient partagé l'excitation de faire ce voyage avec nous alors que cela n'était qu'une "belle idée" n'ont pu, pour diverses raisons, se joindre à nous. Peut-être seront-ils avec nous une autre fois, dans d'autres circonstances heureuses que nous souhaitons aussi exemplaires.
    L'entrain et la bonne humeur de Francine et André ont ajouté cette présence chaleureuse qui manquait lors de nos derniers voyages. Les plaisirs et les joies sont surmultipliés lorsque nous les vivons à travers une heureuse complicité qui emplit l'âme de ce bonheur tranquille, presque insouciant qui complète si bien une vie d'efforts. De plus, grâce à leur insatiable soif de découvertes, ils auront su nous amener à découvrir de nouveaux aspects de cette belle ville. Concert symphonique, choeur polyphonique, tango argentin, vaudeville auront émaillé notre parcours d'activités enrichissantes. Bref, le rideau tombe sur le premier acte de nos pérégrinations et nous devinons en coulisse, la plénitude de lendemains prometteurs.


    votre commentaire
  • Depuis deux jours, nous évoluons dans un décor enchanteur entre la mer et la montagne. Hier, nous avons emprunté le bateau pour nous rendre aux villages de Riomaggiore et Manarola. Ce sont deux villages accrochés au flanc des falaises, qui vivent essentiellement de la pêche et de la manne touristique que leur vaut leur situation exceptionnelle. Nous avons marché sur le sentier de ce parc naturel bien aménagé qui relie efficacement les deux villages par un sentier accidenté mais parfaitement sécuritaire. Nous avons gravi le sentier étroit qui serpente entre les rangs des vignes étagées sur plusieurs paliers. Le temps était magnifique et des baigneurs célébraient un été qui n'en fini plus. Ces vignobles procurent un vin local fruité et pétillant dont la production demeure limitée à cette région.

    Aujourd'hui, nous sommes partis avec nos cartes de passage illimité d'un jour pour le train et les sentiers du parc naturel de Cinque Terre. Descendus à Monterosso al Mare, nous avons effectué un bref tour de ce village présentant la singularité d'avoir cinq tours devenues des maisons privées. Puis André et moi avons emprunté le sentier très accidenté conduisant à Vernazza par la falaise alors que Francine et France, ayant hésité à nous suivre, reprirent le train pour Vernazza pour nous y attendre après notre randonnée prévue d' une durée de 1h45. le petit sentier longeant la falaise entre Monterosso et Vernazza est très abrupt, s'élève en pente raide vers le sommet des montagnes et n'offre que très peu d'appuis afin de se protéger d'une chute probablement mortelle. Sans compter que lors de rencontre en sens inverse, l'un des vis-à-vis doit céder le passage. Ultime récompense, des paysages époustouflants, une mer bleutée à perte de vue, des hauteurs vertigineuses. Les photos jointes ici que vous pouvez voir peinent à traduire la majesté de cette nature sauvage abritant de splendides villages orgueilleusement entretenus par les habitants. Cinque Terre, c'est la magie de la mer épousant une terre mythique où la force des éléments se conjuguent pour créer l'illusion parfaite d'un mariage entre les dieux de la terre et ceux du ciel.

    Notes D'André

    Entre Riomaggiore et Manarola se trouve un sentier nommé Via dell'Amore, le sentier de l'amour. C'est l'un des rendez-vous le plus romantique du monde. Devant un panorama de toute beauté, les amoureux se promettent amour et fidélité et scellent leur serment en accrochant leurs cadenas gravés de leurs noms aux gardes-fous ou aux treillis métalliques fixés à la paroi de la falaise. Inutile de vous dire que les cadenas de toutes formes sont innombrables.

    Si vous n'avez qu'une journée, prenez le bateau à La Spezia et allez jusqu'à Manarola. De là, marcher vers Riomaggiore à pied. C'est facile et très beau. Retournez à La Spezia par le train en seulement 6 min.

    L'excursion entre Monterosso et Vernazza est très difficile mais on peut la faire en 2 heures. Ce n'est pas la place pour les souliers vernis et les sandales.

    PS: L'été s'étire et quelques sirènes profitent des chauds rayons du soleil...

    Réfs:

    http://en.wikipedia.org/wiki/Cinque_Terre

    Photos du jour 1

    https://picasaweb.google.com/102299125763853747044/CinqueTerreJ1?authuser=0&authkey=Gv1sRgCL6Mmf3fq8XlLA&feat=directlink

    Photos du jour 2

    https://picasaweb.google.com/102299125763853747044/CinqueTerreJ2?authuser=0&authkey=Gv1sRgCPedgvzggeGo6QE&feat=directlink

    Quelques photos de la murale de Riamaggiore

    https://picasaweb.google.com/102299125763853747044/MuraleRiomaggiore?authuser=0&authkey=Gv1sRgCK6wibWnxbjxdQ&feat=directlink

     

     


    votre commentaire
  • Après les paysages accidentés des Cinque Terre, notre arrivée en Toscane s'ouvre sur un décor complètement différent. À la mer et aux montagnes ont succédé des collines élevées pour la plupart en pente douce, ce qui favorise la plantation de vignes et d'oliviers dont les Chianti, les Sangiovese et les huiles d'olives pressées à froid ont, par leur qualité, présidé à une indiscutable réputation.
    Sillonnant la campagne Toscane, nous nous sommes rendus à Certaldo, Sienne et Florence. Les routes en lacet offrent un paysage varié au charme ininterrompu, mais requiert une conduite vigilante vu l'étroitesse des petites routes qui traversent les nombreux villages dont les rues exigüs requièrent une attention constante. La Toscane présente un décor pastoral et il faut peu d'imagination pour se plonger dans un passé ayant laissé des traces nombreuses d'une vie paysanne nimbée de douceur, de beauté et de paix profonde.
    Notre dîner sur la Piazza Del Campo à Sienne, après notre visite de la cathédrale Santa Maria della Nuova et du musée de l'opéra, aura été l'occasion de nous plonger dans un monde où les valeurs traditionnelles, les fêtes locales et le caractère moyenâgeux se répondent avec une harmonie sans faille.
    Le pittoresque petit village de Certaldo nous a offert le plus beau fleuron de l'art baroque italien par son église dont la façade, par sa dentelle de pierre et de marbre, témoigne du génie des artistes italiens qui en ont fait une oeuvre d'art accomplie.
    Nous passons sous silence le chapelet de villages colorés que nous avons traversés. Dans chacun se devine une vie bouillonnante malgré le calme apparent qui flotte sur eux comme une aura protectrice. Ici les millénaires s'abreuvent de paix et de beauté et le temps suspend son vol...

    Notes d'André

    Submergé de tant de beautés et de douceurs, les mots me manquent....

    Photos de Sienne

    https://picasaweb.google.com/102299125763853747044/Sienne?authuser=0&authkey=Gv1sRgCMqViobU8P7HFw&feat=directlink

    Photos de Montegufoni

    https://picasaweb.google.com/102299125763853747044/Montegufoni?authuser=0&authkey=Gv1sRgCMTJ89aZ_sPMKA&feat=directlink

    Photos de Celtrado

    https://picasaweb.google.com/102299125763853747044/Certaldo?authuser=0&authkey=Gv1sRgCL6l0-fb_p6e3QE&feat=directlink

     


    votre commentaire
  • Nous venons de terminer un marathon de trois jours de visite de quelques uns des plus beaux musées de Florence. Notre laissez-passer nous imposait trois jours consécutifs et nous donnait la possibilité d’explorer 50 musées. Nous nous sommes accommodés de cette contrainte avec enthousiasme. Pour en profiter le plus possible : Levée à 07h, départ à 08h, trajet de montagne en voiture de 35 minutes comprenant son lot de lacets, pentes, carrefours giratoires et radars, suivi d’une marche de 25 minutes du stationnement en périphérie jusqu’au cœur de Florence. Nous arrivons juste à temps pour nous lancer à l’assaut des musées dès l’ouverture à 9h. Notre laissez-passer nous permet d’éviter les files d’attente. Ouf! Nous avons vu les principaux sites : les palais Vecchio et de Pitti, les galeries de l’Academia et d’Uffizi, les jardins de Boboli et j’en passe.  On découvre avec ravissement les trésors de la Renaissance et on se sent dépassé par tant de splendeurs et de beauté. Abasourdis, on prend des bains de foule sur le Ponte Vecchio, on admire les magnifiques boutiques et on se régale dans les restos. Il fait toujours beau et la vie est belle.

    Photos

    https://picasaweb.google.com/102299125763853747044/Florence?authuser=0&authkey=Gv1sRgCNHHxMjHiqHdCw&feat=directlink


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique